Sélection par genre :

ART ROCK



 
Open
- Julie DRISCOLL - Brian AUGER and the TRINITY - 1967

| jazz-rock | progressive rock | art rock |

Fan des Yardbirds, Julie Driscoll rencontre leur manager, Giorgio Gomelsky, qui l'encourage à se lancer dans une carrière de chanteuse. Elle fait des débuts en starlette pop, puis rejoint l'éphémère Steempacket. A la séparation du groupe, elle poursuit une collaboration avec Brian Auger, s'oriente vers le jazz et se fait plus expérimentale. Le tandem créé avec "Open" et son successeur, "Streetnoise", deux grands standards de la première époque du jazz rock.


 
The Thoughts of Emerlist Davjack
- The NICE - 1967

| progressive rock | psychédélique | art rock |

Malgré ses imperfections et son manque d'homogénéité, Le premier album de Nice marque certainement le point de départ du rock progressif (avec le fameux "Days Of Future Passed" des Moody Blues paru la même année). A sa sortie cette première offensive de Keith Emerson ne ressemble à rien de connu. "The Thoughts of Emerlist Davjack" est écartelé entre des mélodies pop, le classiscime d'Emerson et les véléités de Davy O'List, guitariste influencé par Jimi Hendrix, qui quittera le groupe l'année suivante...


 
1967: The First Three Singles
- PINK FLOYD - 1967

| progressive rock | psychédélique | art rock |

Paru en 1997, ce mini CD rassemble, comme son nom l'indique les trois premiers 45 trs du groupe (faces A et B). Il comprend les indispensables "Arnold Layne" et "See Emily Play", mais "Candy And A Currant Bun" et "Apples and Oranges" sont également représentatifs de la magie créée à l'époque par Syd Barrett.


 
Procol Harum
- PROCOL HARUM - 1967

| rock/pop rock | progressive rock | art rock |

Si le contenu de la production du groupe deviendra plus tard très "chanson", Procol Harum s'inscrit dans les précurseurs du rock progressif avec ses fréquentes références à la musique classique et ses compositions aux accents majestueux. La carrière du groupe sera très largement écrasée par le succès phénoménal de "A Whiter Shade of Pale", sorti quelques mois plus tôt, et qui ne figurait pas sur l'édition originale de cet album.


 
Absolutely Free
- Frank ZAPPA - MOTHERS OF INVENTION - 1967

| expérimental | jazz-rock | progressive rock | proto-punk | art rock |

Second album et seconde pièce maîtresse d'un oeuvre qui ne ressemble à rien de connu dans l'univers rock de l'époque, le bien-nommé "Absolutely Free" confirme une démarche intellectuelle foisonnante et forte. Zappa débusque la bêtise humaine jusque dans ses derniers retranchements. Musicalement, capable de tout, il saute d'un genre à l'autre avec une aisance déconcertante... Des titres déstructurés qui rendent l'ensemble d'un accès plutôt difficile.


 
Caravan
- CARAVAN - 1968

| jazz-rock | progressive rock | art rock | canterbury scene |

Après avoir joué au sein d'un groupe nommé Wilde Flowers en compagnie des futurs membres de Soft Machine, Pye Hastings (guitare, basse, chant), Richard Coughlan (batterie), David Sinclair (orgue, chant) et Richard Sinclair (basse, guitare, chant) forment Caravan... Un premier album exceptionnel, géréralement considéré comme aussi novateur et inventif que le premier Pink Floyd !


 
Streetnoise
- Julie DRISCOLL - Brian AUGER and the TRINITY - 1968

| jazz-rock | progressive rock | art rock |

Oeuvre ambitieuse et novatrice, ce double album poursuit la démarche expérimentale amorcée avec "Open", sans compromis avec les modes et courants de l'époque. Le duo n'en fait qu'à sa tête, opte pour le gospel ("Take Me to the Water"), le folk ("A Word About Colour"), propose une méconnaissable version du "Light My Fire" des Doors !... et cite magnifiquement, pour finir, leur jeune contemporaine Laura Nyro.


 
Ekseption
- EKSEPTION - 1968

| progressive rock | art rock |

Avec le groupe hollandais Ekseption, Beethoven fait une entrée fracassante dans les hit parades européens de la fin des années 60 ! Le groupe se fait dès lors une spécialité des reprises et adaptation jazz-rock du même ordre. Sans être franchement convaincante, la démarche marque tout de même les esprits et, avec Keith Emerson (Nice, ELP) contribue à l'époque à susciter, côté rock, un intérêt pour la musique classique.


 
The Cheerful Insanity of Giles, Giles & Fripp
- GILES, GILES and FRIPP - 1968

| rock/pop rock | progressive rock | art rock |

Si l'on considère la suite de sa carrière (King Crimson et discographie solo), Robert Fripp apparaît plutôt comme un personnage très sérieux, voire austère. C'est pourtant sur le mode humoristique qu'il se fait d'abord connaître avec les frères Giles (Michael à la batterie, Peter à la Basse)... Jamais de scène et ce seul album étonnant, fantaisie pop originale et tranquillement délirante !


 
Ars Longa Vita Brevis
- The NICE - 1968

| progressive rock | psychédélique | art rock |

Les débuts de Nice avaient ressemblé à une guerre de position entre Keith Emerson et Davy O'List, chacun des deux musiciens se battant pour occuper le centre. Cette dualité trouvait parfois son équilibre, mais n'était pas viable à long terme. O'List part pendant la préparation de cet album. Emerson se retrouve donc avec la formule trio qu'il va désormais privilégier. Ce second album affine un projet artistique résolument inspiré par la musique classique. Sans le support d'un single, c'est un relatif échec commercial à l'époque.

Albums suivants

1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
 
 
   -    Technologie : [PEEL.FR]