Sélection par genre :

HOUSE



 
Sold
- BOY GEORGE - 1987

| dance pop | club/dance | house |

Après la séparation de Culture Club en 86, Boy George sombre dans l'enfer de la drogue. Il entreprend une cure de désintoxication (financée par sa maison de disque !) et démarre une carrière solo. Pour ce premier album il s'associe avec Lamont Dozier, le légendaire compositeur de l'écurie Tamla Motown. "Everything I Own" (une reprise de Bread dans les années 70) puis "To Be Reborn" sont des tubes.


 
Like a Prayer
- MADONNA - 1989

| dance pop | rock/pop rock | club/dance | house |

Firltant toujours avec les tabous américains, les ambiguités sexe/religion, Madonna se diversifie. Elle se fait occasionnellement comédienne et ses clips sont toujours sulfureux. Elle force pourtant l'admiration par un professionalisme sans faille et "Like a prayer" est sans doute son album le plus abouti. Elle collabore à cette occasion avec prince (l'excellent "Love Song").


 
Blue Lines
- MASSIVE ATTACK - 1991

| électronique | trip-hop | house | alternative pop/rock |

"Blue Line" est pratiquement l'album fondateur du courant trip-hop, dont Massive Attack va devenir au milieu des années 90 le principal animateur, aux côtés de Portishead, des Chemical Brothers, de Björk... Le métissage de la house, du rap, de la soul, accouche d'un genre hypnotique nouveau... curieusement c'est Bristol en Angleterre qui en est le berceau.


 
The Orb's Adventures Beyond the Ultraworld
- The ORB - 1991

| ambient | électronique | club/dance | house |

Bien sûr depuis Pink Floyd ou Gong on connaissait déjà les albums à thématique spaciale et les voix d'astronautes, mais le premier album de The Orb est une véritable innovation au début des années 90. Lorsqu'Alex Paterson, un ex-roadie de Killing Joke, monte son duo avec Jimi Cauty il créé une fusion ambient-house avec de multiples clins d'oeil à l'histoire du rock. On est pas très loin de Brian Eno ou Tangerine Dream, mais aussi proche de la techno dans ses formes soft : un album techno pour danseur fatigué, quoi !!!


 
Screamadelica
- PRIMAL SCREAM - 1991

| britpop | dance pop | pop alternative | club/dance | house | ambient pop |

Le "Cri Primal" et cet album en particulier sont des faits majeurs de la mouvance dance-rock des années 90. Le groupe est formé en 1984 par le chanteur Bobbie Gillespie (ex-batteur de Jesus & Mary Chain). "Screamadelica", produit par Jimmy Liller (Rolling Stones : Let It Bleed, Sticky Fingers), est une référence incontournable en matière de house-pop et rock électronique.


 
Seal
- SEAL - 1991

| dance pop | rock/pop rock | urban | club/dance | house |

Seal, né Samuel Sealhenri à Londres de parents nigérian et brésilien, est issu de la house et remporte aussitôt un énorme succès avec ce premier album. Une fusion dansante, soul-funk, pop-rock et world, magnifiquement produite par l'ex-Buggles Trevor Horn (Tina Turner, Art of Noise, Rod Stewart) et appuyée par la guitare de Trevor Rabin (Yes). "Killer" est un premier tube, aussitôt suivi par "Crazy".


 
Moby
- MOBY - 1992

| trance | techno | house |

Moby est au début des années 90 une figure controversée de la techno. Il est en tous cas l'un des premiers artistes à présenter un visage (humain) dans un genre notoirement impersonnel. Il dépasse les canons du style en y intégrant des éléments et instruments venus du rock. Et pour clôre sur l'originalité du personnage et les sujets qui dérangent, Moby affiche alors une pratique chrétienne quasie dévote et radicale !


 
U.F.Orb
- The ORB - 1992

| ambient | électronique | house |

Après une tournée européenne remarquée, "U.F.Orb" apparaît un peu comme la troisième face du double album précédent. Il se classe dès sa sortie n°1 en Angleterre. Comme précédement, le duo s'adjoint de nombreuses collaborations, on retrouve ainsi le pionnier des années 70 Steve Hillage.


 
Dub no bass with my headman
- UNDERWORLD - 1993

| électronique | techno | club/dance | house |

Underworld devient avec cet album le groupe que l'on connaît, fruit de la rencontre d'une entité rock traditionnelle (Karl Hyde et Rick Smith,) avec le jeune DJ qui vient de les rejoindre (Darren Emerson). Emerson, taquin, plaisantera souvent sur ce choc de génération. L'électronique prend résolument le pas, et Underworld s'installe en leader d'un genre où l'on retrouve aussi Prodigy et les Chemical Brothers.


 
Seal (2)
- SEAL - 1994

| dance pop | rock/pop rock | urban | house |

Avec une maturation évidente (trois ans pour paufiner ce second album) Seal se fait très touchant. Sa voix légèrement rauque, des choeurs et des arrangements à la fois subtiles et riches, crééent un ensemble de toute beauté. On relève deux invités de marque : Jeff Beck glisse discrètement sa guitare et Joni Mitchell, dont Seal est un grand fan, chante en duo "If I Could".

Albums suivants

1 2
 
 
 
   -    Technologie : [PEEL.FR]