- David BOWIE -

actuellement sur le site : 12 albums

Chercher plus d'informations sur le web :

Google  

Sélection par artistes - RETOUR

 
David Bowie
- David BOWIE - 1967
 
| rock/pop rock |

On l'oublie parfois, mais David Bowie, né en 1947, commence à enregistrer très tôt comme en atteste la compilation "Early On (1964-1966)". Ses premiers essais, dans des genres très variés (façon Kinks, Who ou Rolling Stones), sont tous des flops commerciaux. Il faut donc attendre 1967 pour voir la sortie de ce premier album consistant, plutôt pop, mais dont bon nombre de titres sont devenus cultes pour les adeptes.



 
Man of Words/Man of Music
- David BOWIE - 1969
 
| rock/pop rock |

Le second album de David Bowie est très hétérogène, parfois étonnement folk. C'est pourtant l'amorce du grand virage vers la succès grâce à "Space Odity", un premier tube enfin ! (l'album sera ré-édité trois ans plus tard sous le nom de cette chanson)... Les choses "sérieuses" vont alors commencer avec, notamment, le début de la collaboration avec Mick Ronson dont la fabuleuse guitare et la présence scénique vont marquer.



 
The Man Who Sold the World
- David BOWIE - 1970
 
| glam rock | hard rock | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk | art rock |

L'idée communément admise est que David Bowie est une sorte de caméléon musical... caméléon de génie qui va, avec une rare intelligence, se glisser dans l'air du temps, accompagner les modes, pour finalement devenir un personnage central de la décénie. Après avoir été mod, puis songwriter hippie, il se ré-invente au début des années 70 en rock star androgyne et décadente.



 
Hunky Dory
- David BOWIE - 1971
 
| folk rock | glam rock | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Hunky Dory est le premier indispensable de Bowie. Album kaleidéoscopique flirtant avec divers courants de la pop, il contient les premier grands tubes : "Changes", "Oh! You Pretty Things" (avec Rick Wakeman de Yes au piano) ou le majestueux "Life on Mars?". Bowie rend hommage à quelques uns de ses inspirateurs, Dylan, Andy Warhol, Neil Young ("Quicksand").



 
Ziggy Stardust
- David BOWIE - 1972
 
| glam rock | hard rock | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Sacré "meilleur disque de la année" , Ziggy Stardust raconte l'histoire d'une rock star débarquée d’un autre monde. Bowie s'inspire de Vince Taylor (le plus "scandaleux" des pionniers du rock'n'roll !) et de "2001 Odyssée de l’espace" de Stanley Kubrick. Toujours accompagné de son fidèle guitariste Mike Ronson, Bowie réalise un sommet du glam... un album parfait !



 
Aladin sane
- David BOWIE - 1973
 
| glam rock | hard rock | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Bowie tourne (et triomphe) pour la première fois aux USA. Son look paillette, son fard, sont mondialement connus et "The Jean Genie" est n°1 dès sa sortie... Cet album est évidemment un grand classique. A noter au passage, une version plutôt décoiffante du "Let's spend the night together" des Rolling Stones.



 
Pin Ups
- David BOWIE - 1973
 
| glam rock | hard rock | rock/pop rock | proto-punk |

Si Bowie est un auteur-compositeur prolifique, il s'est surtout inspiré du travail réalisé par d'autres. Mais en caméléon lucide, il ne vampirise pas : ceux qu'il copie sont ceux qu'il aime, qu'il respecte. Il décide ainsi en 1973 de réaliser cet album de reprises. Il passe en revue les Easybeats, Yardbirds, Kinks, Pink Floyd ou Who... (Springsteen et Brel en bonus !). Un album magnifique où la guitare de l'habituel Mike Ronson croise à l'occasion celle de Ron Wood.



 
Station to Station
- David BOWIE - 1976
 
| rock/pop rock | proto-punk | soul |

Abandonnant le glam de ses débuts, Bowie va s'essayer à divers styles. Après un album très soul (Young Americans) dont il garde ici quelques structures et qui contient l'un des premiers tubes disco aux USA ("Fame"), il revient en crooner de luxe chantant sur une rythmique robotique, anticipant assez largement le post-punk et la new wave.



 
Low
- David BOWIE - 1977
 
| expérimental | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Peu de temps après la sortie de "Station to Station", Bowie s'installe à Berlin. Il entame une collaboration avec Brian Eno (Roxy Music) et avec lequel il va enregistrer trois albums. Dans un style radicalement différent de tout ce qu'il avait fait avant, à grand renfort de synthétiseurs et en s'inspirant de la scène progressive allemande (Kraftwerk), il négocie parfaitement le virage, et "Low" est une grande réussite.



 
Heroes
- David BOWIE - 1977
 
| expérimental | rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Peut-être plus austère et dépouillé, plus efficace rythmiquement, que le précédent album, "Heroes" conserve la même structure mi-chantée, mi-instrumentale. La touche de Brian Eno devient plus présente. Un autre ténor du rock progressif vient apporter son concours, Robert Fripp, le guitariste et leader de l'immense King Crimson.



 
Lodger
- David BOWIE - 1979
 
| expérimental | rock/pop rock | progressive rock |

Le dernier album de la "trilogie berlinoise" de Bowie est sans doute le plus accessible. S'il reste expérimental dans les arrangements, il ne comprend plus de morceaux instrumentaux et revient aux structures de la chanson pop conventionnelle. Brian Eno et David Bowie se montrent novateurs en flirtant au passage avec les "musiques du monde", africaines et orientales.



 
Scary Monsters
- David BOWIE - 1980
 
| expérimental | rock/pop rock | progressive rock | post punk |

Bowie tourne la page de l'expérimentation, il revient aux thèmes de sa période glam et à un rock plus accessible ("Ashes to Ashes"). C'est le dernier grand essentiel d'une carrière qui ne s'arrête bien sûr pas là... Il clos simplement une décénie au cours de laquelle, au fil de son parcours, Bowie aura - en plus - apporté son aide aux Lou Reed, Iggy Pop et autre Mott The Hoople...



 
 
 
   -    Technologie : [PEEL.FR]