- John CALE -

actuellement sur le site : 5 albums

Chercher plus d'informations sur le web :

Google  

Sélection par artistes - RETOUR

 
Paris 1919
- John CALE - 1973
 
| rock/pop rock | progressive rock | soft rock |

Le parcours de l'autre figure de l'historique Velvet est moins médiatique que celui de Lou Reed. John Cale (compositeur de Chelsea Girl) est surtout attiré par la production et l'expérimentation (façon John Cage ou Terry Riley)... Mais quand il se rend accessible il est tout aussi intéressant, et cela donne des albums de toute beauté comme ce "Paris 1919".



 
Fear
- John CALE - 1974
 
| rock/pop rock | progressive rock | proto-punk | soft rock |

Où l'on se rend compte que le Velvet Underground ce n'était pas Lou Reed seulement !... Brian Eno, Phil Manzanera (guitare) et Andy MacKay (sax) de Roxy Music viennent apporter un précieux concours. Les mélodies et les rythmes hypnotiques donnent à ce disque une tonalité très avant-gardiste.... du grand art en tous cas !



 
Slow Dazzle
- John CALE - 1975
 
| rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Troisième grand album en trois ans : John Cale est très prolifique au début de cette décénie. Il y fait peut-être plus que jamais figure de légataire officiel du Velvet. A noter pour la petite histoire, une version plutôt surprenante, très actualisée et parfaitement négociée du "Heartbreak Hotel" d'Elvis Presley.



 
Helen of Troy
- John CALE - 1975
 
| rock/pop rock | progressive rock | proto-punk |

Avant de passer à autre chose, John Cale enfonce définitivement le clou. Les habitués qui l'accompagnent semblent désormais former une véritable groupe. Il s'y ajoute ici Phil Collins. Cale, éternel errant en déséquilibre constant, va poursuivre sa route de manière plus confidentielle. Il sera, en cette même année, le premier producteur de Patty Smith et plus tard de Police.



 
Songs For Drella
- Lou REED - John CALE - 1990
 
| rock/pop rock | progressive rock | soft rock | songwriter |

Le disque de l'improbable réunion. Lou Reed retrouve John Cale, son "meilleur ennemi" (il lui en aura toujours fallu un). C'est que la cause est de taille : un hommage à Andy Warhol, premier mécène du Velvet, récemment disparu. Co-écrit, co-produit, un album touchant et réussi qui sera suivi d'une (encore plus improbable) tournée de reformation du Velvet au grand complet !



 
 
 
   -    Technologie : [PEEL.FR]